Let it flow!

Par Fannie Lachance.

Je me sens privilégiée d’être professeure de yoga. D’avoir la chance de transmettre mes connaissances et d’évoluer avec les yogis que je côtoie chaque semaine. 

Mais en voyant circuler des chroniques et nouvelles en lien avec la popularité du yoga et les enjeux qui y sont associés comme les risques de blessures, les formations douteuses, la multiplication des formateurs/professeurs peu qualifiés, etc. ou des histoires de gourous guérisseurs, j’ai envie de prendre un moment pour respirer.

C’est facile de s’emporter parce qu’on veut s’adapter à la demande. Les gens veulent se libérer l’esprit, bouger et progresser. Trop vite, parfois. « Vas-y mollo, veux-tu? », qu’on se dit. En tant que professeur, on a pas envie de contribuer aux blessures. Ça ne nous tente pas que nos élèves aient autant de consultations liées à leur pratique avec leur physiothérapeute que de cours de yoga. On n’a pas plus envie d’avoir la crédibilité d’une Marie-Lune, astrologue virtuelle pouvant te prodiguer de précieux conseils selon le ton de ta voix (j’aime l’astrologie, en passant.)

Bref.

Je n’ai jamais eu la prétention de tout savoir. On le sait et c’est bien de se rappeler qu’il n’y a pas de fil d’arrivée en yoga et que même en tant que professeur, on demeurera élève toute notre vie. Plus que jamais, j’ai envie d’en apprendre davantage et de me questionner encore et encore.  Étendre mon champ de compétences, assister à plus de formations, me développer. J’ai ajusté et « peaufiné » ma façon d’enseigner au cours des dernières années, voire des derniers mois et je compte bien continuer à le faire. Sans douter de tout et devenir paranoïaque, je crois que c’est bien de se remettre en question. De réapprendre, assimiler autrement. Un p’tit ménage du printemps, version introspection.

J’adore voir les élèves évoluer dans leur pratique. Être plus présents, mieux bouger et respirer. Même si on leur offre des outils pour y arriver, le vrai travail vient d’eux. Pas de mes superpouvoirs.

J’ai aussi envie de prendre un moment pour reconnaître l’implication, l’intérêt et l’investissement des professeurs de yoga que je côtoie ou que je connais de près ou de loin. Ces personnes qui enseignent ici et là en plus d’avoir parfois un ou plusieurs emplois, une famille et un univers bien à eux et qui ajoutent un week-end, un 30, 60 ou 100h de formation ou une spécialité à leur biographie. Souligner l’offre de formations de qualité, guidées par des professionnels plus que qualifiés et compétents.

Guidons nos élèves à prendre conscience de leur corps, de leurs limites, mais également de leur potentiel. Offrons-leur une pratique sécuritaire dans un contexte de plaisir et de respect.  Restons humbles et à l’écoute. Yogis & yoginis, vous êtes entre bonnes mains. Puis comme on dit, let it flow.


Categories: Blogue

Tags:

Partagez votre avis