La construction de la pratique

Par Élie Dubois-Sénécal.

Je me fais souvent poser des questions sur la façon de construire sa pratique de la manière la plus complète possible. Dans cet article je traiterai donc de quelques bases à ne pas négliger si on veut s’établir dans une pratique de yoga saine en toute sécurité. 

Dans l’article Les 8 membres du yoga, j’ai introduit le terme Svàdhyyàya, qui est la connaissance de soi. Les postures nous aident à faire de notre corps un allié. C’est pourquoi nous nous devons de comprendre comment il fonctionne pour arriver à travailler en équipe avec lui. 

Avec le temps, on développe notre proprioception, et il est plus facile de savoir si la posture que nous effectuons est correcte. Pour développer ce ressenti, il faut s’établir dans la posture. En gardant une posture plus longtemps, on apprend à garder en tête son alignement et à rester dans le bon axe, on apprend à le sentir profondément.

Il est souvent plus bénéfique de pousser l’intensité en allongeant la durée de la pose et non en poussant la pose trop loin. 

J’ai la forte conviction que les règles sont faites pour être brisées, mais avant d’ajouter une douce anarchie dans notre pratique il faut maîtriser les bases. Comment sait-on qu’on a atteint la maîtrise? Quand nous avons la conscience, le contrôle et la grâce!

Une pratique classique commence par un recentrement. Le recentrement est suivi d’un échauffement et du cœur de la pratique, dans lesquels on retrouve une série de flexions, d’extensions et de torsions. S’en suit la détente finale, puis finalement une courte méditation. 

Dans sa pratique, il est essentiel de trouver à la fois stira et suka, c’est-à-dire stabilité et souplesse. Le corps a besoin d’un équilibre entre tonicité et flexibilité.

Pour ce qui est de la respiration, que ce soit dans un cours ou chez soi, il ne faut jamais se laisser imposer un rythme, même si le ou la professeur.e en propose un. Il ne faut pas oublier que nous sommes notre meilleur enseignant.

Pour terminer, on doit se rappeler que rien n’est permanent, tout change et bouge continuellement. C’est pourquoi l’expérience de chaque pratique est différente, et ça prend une ouverture pour l’accueillir.  C’est de cette manière qu’on apprend de nos pratiques et des surprises quotidiennes qu’elles nous offrent.


Categories: Blogue

Tags:,

Partagez votre avis