Es-tu toi?

Par Amélie Fischer.

L’autre jour, j’écoutais un podcast qui parlait de l’authenticité. Ce fameux mot qu’on entend souvent et qui semble un peu fort.

Je me suis demandé : est-ce que je suis authentique ? Eh bien, je pense que oui. Est-ce que ça a toujours été facile ? Eh bien, non. Mais ça a un prix qui en vaut la peine.

Le truc avec le fait d’être toi, c’est que ça se peut que tout le monde ne t’accepte pas. Parce qu’être soi, parfois ça veut dire enlever ce masque qu’on met pour plaire, ou ne pas déplaire. Ça veut donc dire que ça se peut qu’il y en ait à qui ça déplaise… Et il faut l’accepter. Ça se peut aussi qu’il y en ait plein qui t’acceptent toi, parce que tu es littéralement toi, vrai, tout le temps, et que vos personnalités résonnent.

L’autre truc quand tu es toi, c’est que tu te connais et tu as décidé de vivre qui tu es pleinement, donc tu sais ce qui est bon et souvent, tu sais ce qui n’est pas bon pour toi. Tu ne peux donc pas tout accepter non plus. Tu es obligé(e) de mettre des limites et d’apprendre à dire non. Et ça, c’est souvent ton instinct qui te le dit.

Ta bulle, par exemple, elle compte. Ton espace. Ton corps. Si tu n’aimes pas qu’on envahisse ton espace, dis-le. Ton espace est sacré. Et parfois, certaines personnes ne se rendent pas compte, ou n’ont pas la notion qu’on n’a pas toujours envie d’être envahi. Dis-le-leur. Qui de droit peut t’envahir si tu ne le souhaites pas ?

Avec une approche plus centrée sur le yoga et ce que nous disent les textes sacrés, il est facile de relier tout cela à des concepts utilisés depuis des millénaires. On dit que le yoga est composé de 8 branches (les deux premières concernent nos valeurs et modes de vie, les 3 suivantes nous permettent de travailler sur d’autres aspects de nous-mêmes – nos sens – notre corps – notre respiration, les 3 dernières sont liées à la méditation et le cheminement à travers elle).

Dans les deux premières branches, les Yamas (attitudes face aux autres) et Niyamas (attitudes face à nous-mêmes), on retrouve plusieurs concepts liés à l’authenticité.

Ahimsa: l’idée de non-violence, envers soi et envers les autres: quand tu ne te forces plus, quand tu dis non, et bien tu fais preuve de non-violence envers toi, et probablement envers les autres aussi.

Satya: la vérité. Dire ce dont tu as besoin, dire ce que tu refuses, pas seulement dans tes mots, mais dans tes pensées. Accepter ce qui est.

Svâdhyâya: l’étude de soi, à travers la réflexion, les sens, mais aussi l’étude des textes. Difficile de savoir ce qui est bon pour soi ou pas si on ne prend pas le temps de faire connaissance avec soi-même.

Tout ça est bien beau et joliment pensé, mais dans la vie quotidienne, quand tu n’es pas sûr(e) d’être toi dans certaines situations et que tu ne sais pas par où commencer pour trouver la réponse, il y a quelques questions que tu peux te poser. Parfois, mettre tout ça par écrit dans un journal, ça aide à s’éclaircir la tête.

D’abord, tu peux vérifier comment tu te sens. Si tu es inconfortable, tu devrais le sentir assez vite. Puis, voici un exemple de questions que tu peux te poser :

  • As-tu l’impression d’être complètement toi quand tu interagis avec les autres ? Utilises-tu différentes stratégies pour jouer un rôle ?
  • Quel est ton niveau de confort en ce moment / dans telle situation ? Te sens-tu à l’aise ?
  • La situation dans laquelle tu es en ce moment est-elle agréable pour toi ou non ?
  • Si cette situation n’est pas agréable, peux-tu la modifier ? Peux-tu t’en éloigner ?
  • Qu’est-ce que tu aimes ? Qu’est-ce qui te fait du bien ?
  • As-tu des moyens de te rapprocher de ces choses-là ?

Ce sont souvent ce genre d’investigations personnelles qui me permettent de mieux me connaître et de moins me faire de mal, et tout compte fait, me faire du bien. Rien de magique, rien de facile à faire, mais moi ça m’a aidée et ça continue de m’aider, en espérant que ça t’aide aussi! Bonne rencontre ou conversation avec toi-même ♥


Partagez votre avis