Yoga en ligne et pratique sécuritaire

Par La Station Yoga.

 

On vit une période très particulière. Jamais dans l’histoire du Québec les gens ont été confinés dans leur maison comme on l’est depuis les 3 dernières semaines. C’est du jamais vu. Et nous allons devoir nous y habituer puisque tant que le virus circulera librement nous devrons, contrairement à lui, limiter nos déplacements et nos relations sociales. 

 

C’est donc dans ce contexte que nous avons vu éclore, tels des bourgeons au printemps, une panoplie de cours et séances de yoga en ligne. Les studios, devant suivre les recommandations gouvernementales et ayant dû fermer leurs portes (La Station n’y fait d’ailleurs pas exception), ont fait preuve de débrouillardise et d’imagination pour garder ce lien précieux qui les unit à leurs élèves. 

 

Profitant du large potentiel de diffusion (gratuite et facile) des réseaux sociaux, les cours live (particulièrement sur Facebook) se sont multipliés. Réagissant à l’urgence qui s’imposait, il s’agissait en effet de la solution la plus accessible et la plus rapide. 

 

Le problème avec ce phénomène n’est pas le lieu de diffusion en soi mais bien son large potentiel d’atteindre toutes sortes de publics qui, eux aussi confrontés au confinement et, parfois, au temps qui passe lentement longtemps, se voient tentés d’essayer pour la première fois une séance de yoga. Il peut être difficile de s’y retrouver et de s’assurer que le cours offert est adéquat et adapté à ses besoins et ce, tant pour le débutant ou la débutante que pour l’élève initié plutôt habitué.e à faire ses cours en studio. 

 

Il y a donc un enjeu relatif à la sécurité de l’élève qu’il ne faut pas négliger, particulièrement dans une période où le stress et l’anxiété peuvent rendre plus vulnérables aux blessures tant psychologiques et physiques. 

 

Voici donc quelques conseils pour s’assurer que la pratique à la maison est sécuritaire tant pour ta tête que ton corps afin que tu puisses en retirer le maximum de bienfaits:

 

1 – Privilégier des cours de professeur.e.s que tu connais déjà.

 

En effet, le fait d’avoir déjà suivi des cours avec lui ou elle te permettra d’être un peu plus en terrain connu et t’assurer que tu comprends bien ses indications. Si tu veux explorer de nouvelles avenues, assure-toi de bien connaître le niveau suggéré du cours. Les professeur.e.s sont souvent disponibles quelques minutes avant leur cours pour répondre aux questions. Ne te gêne surtout pas, plusieurs s’ennuient du contact avec leurs élèves. 

 

2 – Ne pas se fier aveuglément à la description du cours. 

 

Certains cours sont présentés comme étant “tous niveaux” mais proposent une intensité et un niveau de difficulté relativement élevés, particulièrement pour les gens qui n’ont jamais fait de yoga. Il s’agit d’un “tous niveaux” pour des gens qui connaissent déjà le type de pratique. Par exemple, un “Vinyasa tous niveaux” permet aux élèves qui pratiquent déjà ce type de yoga de trouver leur bonheur mais peut s’avérer plus compliqué pour des non initiés. Un petit conseil : pour commencer le yoga le hatha yoga peut s’avérer une forme plus accessible. En passant, La Station yoga en offre en ligne sur sa chaîne YouTube les mardi à 14 heures, vendredi à 12h15 et samedi à 9h ; La Station Yoga – chaîne Youtube

 

3 – Il n’est pas nécessaire “de se dépasser” ou de “repousser tes limites” 

 

Au contraire, plusieurs médecins suggèrent plutôt de diminuer l’intensité des pratiques sportives en cette période où un virus s’attaquant au système immunitaire s’invite et se propage. Il faut plutôt faire preuve de bienveillance envers ton corps. D’ailleurs un entraînement trop intense inhibe le système immunitaire alors qu’une activité physique modérée permet de le stimuler. Sans compter le risque de blessure qui est réel. Le yoga procure parfois un faux sentiment de sécurité parce qu’il est prescrit par certains médecins pour soulager des douleurs (articulaires notamment) mais le risque de blessures qu’il présente est comparable à celui d’autres activités sportives. Dans cette période où le stress et l’anxiété peuvent être particulièrement élevés, c’est aussi une bonne idée de ne pas se mettre trop de pression pour “réussir” ou “accomplir” des exploits. Des objectifs plus modestes, particulièrement dans les circonstances, permettent de cultiver un sentiment de contentement plutôt qu’un potentiel sentiment d’échec. 

 

4 – Il n’est pas nécessaire de reproduire la pratique faite en studio dans ton salon

 

Dans le même ordre d’idées, il est normal que la pratique dans ton salon soit plus modérée que celle effectuée dans un studio. Au studio, un ou une professeur.e. formé.e peut superviser la pratique et s’assurer que les postures dites plus “avancées” sont effectuées de manière sécuritaire et adaptée. Ce n’est pas tout à fait le cas lors des cours en ligne (certaines plateformes offrent la possibilité de voir les élèves, mais la supervision est quand même faite à distance).  Le fait d’être seul.e devant ton écran peut être une occasion à saisir pour explorer des versions plus douces de certaines postures et de mettre ton attention sur d’autres aspects que l’aspect physique de la pratique. Par exemple, tu peux t’attarder un peu plus à ta respiration ou à des sensations corporelles plus subtiles. Le fait d’être dans l’intimité de ton chez-toi représente un beau moment pour te détacher complètement de la performance. 

 

5 – Construire sa pratique personnelle 

 

Si la responsabilité des professeur.e.s est de présenter des cours cohérents et pouvant être véritablement accessibles et sécuritaires pour  tous les élèves, la responsabilité de l’élève est de développer cette fameuse capacité à reconnaître ses limites et apprendre à les respecter. Par exemple, ce n’est pas parce qu’une posture est proposée dans la séance en ligne que tu es obligé.e de la faire. Cultiver ton autonomie et ton discernement te permettra de construire ta pratique personnelle sans comparaison que ce soit avec les autres élèves ou avec le ou la professeur.e.. Cet apprentissage en est un précieux qui te suivra tout au long de ta pratique et ce, peu importe où tu te trouves.   

 

Cette période de confinement peut donc être un bon moment, autant pour les professeur.e.s que pour les élèves, de se questionner sur les motivations qui les habitent et sur la cohérence de leur pratique et de leur enseignement. Les apprentissages seront assurément nombreux et les leçons à tirer encore plus. Il s’agit là d’une belle occasion de véritablement explorer le fait que le yoga n’est pas qu’une activité physique. 

 

Sur ce, bonne pratique !

 

 

La Station yoga t’offre des cours en ligne gratuits afin que tu puisses continuer de pratiquer (sécuritairement 😉 ) avec tes professeur.e.s préféré.e.s. Tu as envie de nous aider? Rien de plus simple! Tu peux faire une contribution volontaire, ce qui nous permettra de continuer à te donner des cours encore longtemps… au-delà du coronavirus même! 

 

Pour le virement interac 

 

Adresse courriel : emilie@lastationyoga.com

Question : La Station quoi?

Réponse : yoga 

 

Et n’oublie pas: il n’y a pas de “petite” contribution!


Categories: Comment tu bouges?

Partagez votre avis