Une petite histoire du Pilates

Par Geneviève Drolet.

Collègue 1 : « Tu viens luncher avec nous? »

Collègue 2 : « Non, j’ai un cours de Pilates ce midi. »

Collègue 1 : « Ouais… ma belle-sœur aussi prend ça, des cours de Pilates… faudrait bien que j’essaie ça un jour moi. C’est quoi exactement qu’on fait dans ces cours-là? »

Collègue 2 : «  Bah… euh… des exercices pour les abdos, pour les fessiers et pour le corps là… »


Avouez que c’est souvent à ça que se résument nos connaissances sur la méthode Pilates et ce, même quand on prend des cours! Bien que créée il y a près d’un siècle par l’Allemand Joseph Hubertus Pilates, la popularité de cette technique d’entraînement ne s’est pourtant généralisée que vers le milieu des années 1980.

Peu connue du grand public – mais très répandue dans le milieu de la danse – cette méthode a d’abord porté le nom de « Contrology », et est inspirée de la « gymnastique éducative » et/ou la « gymnastique médicale » allemande (voyez, on en sait déjà plus).

L’homme : qui est-il?

L’histoire de Joseph Pilates, fondateur de la méthode, est peu commune. Ayant souffert d’asthme et de rhumatisme tout au long de son enfance (il aurait même eu la tuberculose), il aurait entrepris, dès son plus jeune âge, un programme strict et rigoureux d’exercices afin d’améliorer sa condition. Né en 1880, soit avant l’arrivée des antibiotiques et autres procédures de la médecine moderne, peu d’alternatives s’offraient à lui (il était débrouillard, le jeune Pilates, quand même).

Ses efforts et sa discipline lui ont non seulement permis de se rétablir complètement, mais ils lui ont aussi permis de devenir, dès l’âge de 14 ans, modèle pour l’élaboration de dessins anatomiques. C’est dire comme sa musculature était définie et équilibrée (avouez que vous avez envie d’aller à un cours de Pilates, genre, right now)!

Après une carrière de boxeur, Pilates a été engagé par l’armée allemande comme instructeur d’auto-défense où ses techniques d’entraînement et certains de ses traitements ont permis aux soldats de son camp de survivre à l’épidémie d’influenza, en 1918, qui a par ailleurs tué plus de 10 000 hommes dans l’armée allemande (quand même, hein?).

Très possessif à l’endroit de ses méthodes et techniques d’entraînement, Pilates n’a publié que deux ouvrages permettant de démystifier – un peu – sa démarche. Il a fallu attendre presque 15 ans après sa mort, en 1967, pour que sa méthode puisse être véritablement reprise par des instructeurs et, ainsi, partagée à plus grande échelle (il faut remercier Philip Freidman et Gail Eisen pour leur livre The Pilates Method of Mental and Physical Conditioning en 1980).

La méthode : qu’est-ce que c’est?

La variété des poses utilisées est telle qu’il serait impossible de les décrire ici (les plus connues sont la « Centaine », le « Pont », la « Sirène », mais les noms peuvent aussi changer selon les préférences des professeur(e)s).

Par contre, au-delà des postures, la méthode Pilates se base sur 6 principes fondamentaux qui doivent être maintenus tout au long de sa pratique :

  1. Concentration: les mouvements doivent être exécutés de manière à ce qu’on l’on soit concentré sur ce que l’on fait, sans négliger aucune partie du corps. Il faut être concentré sur ce qui se passe dans notre corps, partout, tout le temps.
  2. Contrôle : Joseph Pilates avait de la suite dans les idées, parce que la raison pour laquelle il faut être concentré, c’est pour mieux contrôler les mouvements exécutés depuis le bout des orteils jusqu’au haut de la tête. C’est une façon extraordinairement efficace d’améliorer notre conscience corporelle.
  3. Centration: la concentration et le contrôle permettent de nous amener à développer les fondations à l’origine de nos mouvements. Ce « point central » se situe entre la dernière côte de la cage thoracique et les os des hanches, tant à l’avant qu’à l’arrière du corps (on reprend souvent le terme anglais « core » pour l’identifier).
  4. Fluidité du mouvement : les mouvements doivent être fluides et soutenus.  Ni trop vites, ni trop lents : un peu comme quand on bouge dans l’eau.
  5. Précision : les exercices doivent être précis. C’est ici que la « qualité prévaut sur la quantité ».  Joseph Pilates  insistait sur le fait qu’il est beaucoup mieux de faire moins de répétitions, mais de les faire correctement et consciemment.  
  6. Respiration : la respiration est un aspect fondamental de la méthode Pilates. La règle générale, très simplement reprise (pardonnez-moi Joseph), pourrait être  « d’inspirer quand on étire » et « d’expirer lorsque l’on contracte ».

Non seulement efficace pour gainer et assouplir, la méthode Pilates peut aussi contribuer à faciliter la récupération et la rééducation de certaines parties du corps affaiblies ou blessées. Grâce aux 6 principes de base, sa pratique peut donc assurer une prise de conscience du corps et de la respiration transférable dans toutes les activités sportives, mais aussi dans celles de la vie quotidienne (amélioration de la posture au bureau, de l’alignement du bassin lors de la marche et de la technique de transport d’objets lourds).


Collègue 1 : « Tu viens luncher avec nous? »

Collègue 2 : « Non, j’ai un cours de Pilates ce midi. »

Collègue 1 : « Ouais… ma belle-sœur aussi prend ça, des cours de Pilates… faudrait bien que j’essaie ça un jour moi. C’est quoi exactement qu’on fait dans ces cours-là?»

Collègue 2 : « On apprend à renforcer et à assouplir notre corps grâce à l’exécution précise et contrôlée de différentes postures dont la fluidité respecte le rythme de notre respiration. En engageant notre point central, aussi appelé le « core », on se concentre sur les parties du corps qui travaillent afin de développer notre conscience corporelle »

Collègue 1 : « Wow! Je pense que je vais y aller avec toi! »


Ok, ok. C’est UN PEU exagéré… mais avouez que vous en savez quand même un peu plus maintenant?

Pour voir l’horaire des cours de Pilates à La Station Yoga : http://lastationyoga.com/horaire

Sources:

  • Lately, P. (2001) Journal of Bodywork and Movement Therapies, 5 (4), 275-282
  • The Pilates Method: History and Philosophy

Categories: Blogue

Tags:

Écrivez ce que vous en pensez