Novembre, I love you (en tout cas, j’essaye)

Par Geneviève Drolet.

En novembre, on est bombardés d’articles, de textes, de chroniques répétant ad vitam aeternam que c’est un mois  « plaaaate », « griiiiiis » et donc « déprimaaaaaaaant » (l’excès de voyelles est essentiel pour bien traduire le ton de la complainte collective 😉 )

À La Station Yoga, on a décidé d’être plus forts qu’un mois de l’année. On a pris novembre par les cornes, on l’a regardé drette dans le gris des yeux et on lui a dit: « on t’aaaaaaaaime » (on a gardé l’excès de voyelles pour qu’il nous reconnaisse, t’sé.)

Oui. On aime novembre (en tout cas, on essaye). Pour se convaincre (et peut-être te convaincre aussi) on a dressé une liste (c’est ben à mode les listes) énumérant ses qualités (parce que, oui, novembre a des qualités (au moins autant qu’il y a de parenthèses dans ce paragraphe)).

  • Tu peux mettre ton linge mou de bonne heure

Tu peux le mettre aussitôt que le soleil se couche. Quand il fait noir à 15h30, on s’entend-tu pour dire que Jean Airoldi peut prendre un break sur les contraventions de style et nous laisser porter notre linge mou tranquilles? C’est un deal mon Jean?

  • Tu peux manger du comfort food tous les jours

Ce n’est pas un caprice, c’est carrément parce que ton corps à besoin de faire des réserves pour les mois de froid qui se pointent. On a des manteaux pis des mitaines pour nous protéger de l’extérieur. Les mijotés et les macaronis au fromage sont là pour nous protéger de l’intérieur. Simple, logique. Le sucre pis le gras, c’est comme la laine de notre dedans. C’est fait pour nous réchauffer.

  • Tu peux répondre « Meh…. » quand quelqu’un te demande « Comment ça va? »

Heille, combien de fois dans ta vie tu as VRAIMENT dit la vérité quand quelqu’un t’a posé la question? En novembre, on arrête l’hypocrisie et on dit la vérité. Tout le monde se sent un peu « Meh… » en novembre, donc on n’a pas à se sentir mal de le dire haut et fort. En novembre, on célèbre le « Meh… ». Tous ensemble :  « Meh… »!

  • Tu peux consommer tes « plaisirs coupables »

La trilogie du Seigneur des Anneaux? Les six (ou sept?) Rocky? Dirty Dancing (et ses 10 « remake »)? La série complète de « Sex and the city »? Novembre c’est LEUR mois. C’est le temps de les visionner en boucle, sans complexes et sans culpabilité. C’est comme de la vitamine D pour ton cerveau. Pour remplacer le soleil.

  • Tu peux ne RIEN faire

Novembre c’est comme le mois de transition entre la course effrénée de l’automne et la folie du temps des Fêtes. C’est tellement le temps de ne rien demander, exiger ou anticiper de soi-même ou des autres.  On pourrait décider que le mois de novembre c’est le MOIS INTERNATIONAL où on se « SACRE PATIENCE! ». Embarques-tu?

  • Tu peux faire des siestes

Le mois de novembre c’est le mois Valium. Tout est en place pour s’endormir. Au lieu de lutter, on épouse pleinement ces conditions d’hibernation temporaire et on en profite pour faire des siestes. Non mais, sérieusement, y’a-tu vraiment quelqu’un qui peut se sentir coupable de faire une sieste un dimanche après-midi du mois de novembre? Pis même un samedi! C’est le temps de faire du cocooning et de « siesting » (ça se peut-tu ce mot là?).

  • Tu peux apprendre à aimer ce qui est imparfait

C’est vrai que le mois de novembre est plus souvent qu’autrement gris, que la noirceur arrive de bonne heure et que la pluie est souvent frette (et qu’elle n’a pas l’air de trop trop savoir si elle veut être de la neige ou de l’eau). Mais ne voilà-tu pas de bonnes et belles raisons  pour « slaquer » sur l’obsession de la performance et de la perfection? Tsé. En acceptant les imperfections du mois de novembre, c’est un peu les tiennes que tu peux apprendre à aimer aussi.

Juste une affaire. Si tu deviens trop gris ou grise, va quand même consulter un ou une spécialiste de la santé hein…


Post Your Thoughts