Ma relation fluctuante avec le yoga

Par Élie Dubois-Sénéchal.

 

Le yoga est dans ma vie depuis que j’ai une douzaine d’années. Je n’ai pas toujours eu la même relation avec ma pratique.

Enfant, je la considérais comme un jeu qui me faisait du bien, sans plus. La curiosité qui m’habitait m’a quand même poussé à vouloir continuer d’explorer et d’en apprendre plus sur le yoga. Ça et le fait que j’en pinçais un peu pour la professeure…

 

Adolescente, j’étais très disciplinée quant à ma pratique. Je voulais constamment dépasser mes limites, voir des résultats extérieurs, être meilleure. Je me lançais des défis et je réussissais toujours à les atteindre, mais à quel prix?

Je me suis effectivement blessée maintes fois, négligeant les signaux que mon corps m’envoyait. Douleurs, blessures, étourdissements, évanouissements, rien ne m’arrêtait.

En proie à l’ego, la sagesse était encore loin.

 

Ça a continué comme ça quelques années jusqu’à ce qu’un évènement survienne dans ma vie, me marquant d’un énorme traumatisme. Je n’avais plus envie de faire du yoga, je n’avais plus envie d’être la meilleure. J’ai donc tout arrêté, et me suis enlisée dans l’excès et la léthargie. Un après l’autre les mauvais choix s’enchainaient, ma flamme était en train de s’éteindre, la réalité ne me concernait plus.

 

Quand j’étais adolescente, ma mère m’avait fait remarquer qu’il était possible de transformer ma passion pour le yoga en travail, et que si je le voulais je pourrais l’enseigner.

Écoute ta mère qu’on nous répète! Et bien c’est ce que j’ai fait.

J’ai pris mon courage à deux mains et me suis inscrite à une formation pour devenir professeure de yoga. C’est là que tout a changé pour moi.

 

Par une dévotion à moi-même, une dévotion à l’ultime j’ai trouvé une force et une confiance, un outil puissant pour guérir.

Avec le travail et l’introspection, l’agressivité et la peur m’ont quitté.

J’ai compris comment retrouver la Élie perdue au fond d’elle-même, comment l’apprivoiser à nouveau.

Peu à peu j’ai cessé de m’accrocher à ce qui me blessait, j’ai appris à faire l’amour avec la vie. J’ai compris que le yoga est loin de n’être qu’une série de mouvements, c’est un alignement physique, mental, c’est une façon d’apprendre à penser, une façon de vivre. J’ai appris que rien ne sert de brusquer le corps et qu’on s’en balance au fond d’être la meilleure ou pas…

Le yoga m’a fait passer à travers un processus pour me comprendre, pour trouver la clarté, la présence et surtout le lâcher prise.

Je dois beaucoup au yoga, je lui en suis infiniment reconnaissante et c’est pourquoi je remercie la vie tous les jours de pouvoir l’enseigner.


Categories: Blogue, Comment tu penses?