Connais-tu ton psoas?

Par Geneviève Drolet.

Dans cette section « Connais-tu? », on essaie de vous en dire un peu plus sur l’anatomie pour explorer et comprendre la plus belle machine qui existe : le corps humain. Aujourd’hui, on s’attarde à un muscle qui est maintenant à la mode, mais qui reste tout de même souvent négligé par ses propriétaires : le psoas. Bien que vous en ayez sûrement déjà entendu parler, savez-vous vraiment qui il est? Voici donc quelques informations qui vont vous permettre de mieux connaître votre psoas et, surtout, de mieux vous en occuper.

Comment ça s’appelle?

En latin « psoas » veut dire « muscle de la région lombale ». Son nom complet, en français, est « muscle du grand psoas ». Il en existe aussi un petit, mais il n’est présent que chez 40% de la population. Ainsi, quand vous croisez 10 personnes sur la rue, il y en a 6 qui n’ont pas de petit psoas. Pas pire, hein?

De quoi ça a l’air?

Il a la forme d’un filet mignon (allongée et fusiforme). Avertissement: il est possible que vous trouviez votre prochain steak moins appétissant… sorry 😉

Où est-il?

Il part de la hanche, traverse l’abdomen, et s’attache sur les vertèbres lombaires. Il relie les jambes à la colonne vertébrale ce qui, on va se le dire, est quand même une tâche importante (genre, colossale, même).

À quoi ça sert?

Il contribue à la fois à la posture debout puisqu’il assure l’équilibre du tronc, et influence la position du bassin (basculement antérieur du pelvis). Il est aussi essentiel à la marche et à la course, puisqu’il permet la rotation et la flexion de la hanche (il vous permet de rapprocher votre tronc de vos cuisses). Il intervient à la fois sur la flexion latérale – de côté – de la colonne ainsi que sur sa rotation. Bref, sans le psoas, la verticalité de notre corps aurait de fortes chances de perdre son combat contre la gravité.

Ce qu’il n’aime pas

Le stress, rester en position assise trop longtemps, la sédentarité (est-ce que ça ressemble un peu à votre quotidien?) Il n’aime pas non plus les sportives et sportifs qui ne prennent pas le temps de l’étirer et de le détendre. Il peut manifester son mécontentement de nombreuses façons, notamment en vous gratifiant d’un point de côté et/ou de douleur à l’aine et/ou au dos (il vous parle souvent, donc soyez à l’écoute!)

Ce qu’il aime

La détente et l’allongement (oh, oui!) Une posture de yoga simple, efficace et accessible pour l’allonger est la fente basse (son nom en sanscrit est « anjaneyasana »). Certains exercices de respiration peuvent aussi contribuer à le détendre, puisque le psoas est relié au diaphragme. La respiration yogique complète, notamment, peut être efficace pour libérer les tensions et assouplir le psoas (et tout le reste du corps, by the way).

Sa personnalité

Aussi appelé le « muscle de l’âme », le psoas est le lieu où se cachent nos peurs et notre anxiété. Comme il s’agit du seul muscle qui relie les jambes à la colonne vertébrale, il permet d’assurer un lien énergétique entre la terre, le cœur et la tête. Il est fort possible que, au moment de défaire les tensions qui y sont logées, certaines émotions fortes ressurgissent. Ne vous inquiétez pas si ça se produit. C’est simplement votre psoas qui renoue avec sa liberté. Vous ne vous en porterez que mieux par la suite, c’est mon psoas qui vous le dit!


Categories: Blogue

Tags:, ,

Écrivez ce que vous en pensez